Autor: hartza
sábado, 29 de julio de 2006
Sección: Toponimia
Información publicada por: hartza
Mostrado 29.297 veces.


Ir a los comentarios

Etimología de Gasteiz (era: Autrigones)

 

-


No hay imágenes relacionadas.

Comentarios

Tijera Pulsa este icono si opinas que la información está fuera de lugar, no tiene rigor o es de nulo interés.
Tu único clic no la borarrá, pero contribuirá a que la sabiduría del grupo pueda funcionar correctamente.


  1. #1 Sotero21 02 de ago. 2006

    No, si yo no estoy en condiciones de defender ninguna teoría.

    Desde mi posición lo único que puedo hacer es aportar datos, algunos controvertidos, incluso un tanto extravagantes, por si resultan interesantes para el debate.

    Sobre García:

    Pierre Dufour

    "Dès le fin du douzième siecle, on leur appliquait en mauvaise part le nom collectif de garzia ou gartia, en français garce ou gars, qui est resté jusqu'à nos jours dans le vocabulaire des gens de campagne pur designer toute espece de fille non mariée. On lit, dans les preuves de l'Histoire de Bresse par Guichemon (p.203): "Si leno vel meretrix, si gartio vel gartia alicui burgensi convitium dixerit"; et dans la charte des privilèges de la ville de Seissel en 1285: "Si Gartia dicat aliquid probo homini et mulieri". Cette expression, qui reparait à chaque page dans la prose et les vers du treizième ou dix-septième siécle, n'est detourné que par exception de sons sens primitif, et ne devient une injure que dans certains cas oú elle est acompagnèe d'un epithète malsonant; au reste, on voit, d'après l'extrait de Guichenon cité plus haut, que la calification de "garce" ("gartia") même employèe en mauvaise part, differait de celle de prostituée (meretrix), en ce qu'elle entendait plutôt d'une fille vagAbonde, d'une coureuse, d'une servante ... Les mots "garce" et "garzia" sont bien plus anciens que la signification obscène qu'on leur a donnée. Ainsi dans le procès verbal de la vie et des miracles de Saint Ives, au trezième siècle, "garzia" se trouve avoir le sens de servante, ancilla (Voy. les Bonllandistes, Sanct. maii, t.IV, 553) Il est bien plus simple de dire que "garce" est le fèminin de "gars", qui, malgrè les plus belles étymologies, parait être un mot gaulois, "wars", et avoir signifié tout d'Abord un jeunne guerrir, un mâle nubile. De "gars", en fit, en bas latin, "garsio" et "garzio", qui fut appliqué aux valets, aux voleurs, aus gens de néant, aux goujats d'armée, aux libertins. On ne peut pas mieux montrer comment un mot, originairement honnète et decent, s'est perverti graduellmente, et a pris dans la langue une attribution honteuse, qu'en rappelant une phrase où Montaigne l'emploie avec l'acception quíl avait de son temps ..."

    Ruego indulgencia por la transcripción.
    Un saludo

  2. Hay 1 comentarios.
    1

Si te registras como usuario, podrás añadir comentarios a este artículo.

Volver arriba