Autor: Hannon
miércoles, 04 de octubre de 2006
Sección: Artículos generales
Información publicada por: Hannon


Mostrado 63.139 veces.


Ir a los comentarios

...

-


No hay imágenes relacionadas.

Comentarios

Tijera Pulsa este icono si opinas que la información está fuera de lugar, no tiene rigor o es de nulo interés.
Tu único clic no la borarrá, pero contribuirá a que la sabiduría del grupo pueda funcionar correctamente.


  1. #1 A.M.Canto 29 de ene. 2006

    Hannón: Me temo que le voy a dar una pequeña alegría, que espero me compense con algún click especial. Le he dedicado otro ratito, buscando lo de Tucídides, que de momento no aparece. Pero he dado con tres referencias antiguas del uso militar del silbato, o al menos como señales de aviso convenidas, las tres en el libro 8 de Polibio y nada menos que en el contexto de las guerras anibálicas (lo que espero le guste especialmente...), el primero en el cap. 5, asedio de Sardes y los otros dos en el 8, toma de Tarento por Aníbal: 1) “Quand on fut arrivé au lieu désigné par Cambyle, Bolis donna le signal par un coup de sifflet. Alors ceux qui étaient en embuscade saisissent les quatre amis; mais Bolis se jeta lui-même sur Achéus, qui avait les bras cachés sous ses habits, et le serra par le milieu du corps, de peur qu'il ne lui prît idée de se percer d'un poignard qu'il avait apporté. Le malheureux Achéus se trouve en un moment environné de tous côtés; ses ennemis se rendent maîtres de lui, et le conduisent sur-le-champ à Antiochus.” 2) Philémène ayant ainsi accoutumé les gardes à lui ouvrir le guichet sans délai, toutes les fois qu'approchant de la muraille pendant la nuit, il donnerait un coup de sifflet pour les avertir, les autres conjurés, qui avaient appris que Livius commandant pour les Romains dans la ville, devait donner certain jour un festin à de nombreux convives dans le musée près du forum, choisirent ce jour avec Hannibal pour l'exécution de leur dessein. Avant ce temps-là ce général avait déjà feint une indisposition, afin que les Romains ne fussent pas surpris de le voir rester si longtemps dans le même endroit; mais alors il s'était fait passer pour beaucoup plus gravement malade, et se tenait éloigné de Tarente de trois jours de marche. 3) Or Philémène s'étant approché de la muraille suivant son habitude, et ayant donné un coup de sifflet, un garde descendit pour lui ouvrir le guichet. Pour le presser, Philémène lui dit de dehors qu'il se hâtât d'ouvrir, parce qu'ils étaient fort chargés, et qu'ils apportaient un sanglier... Hannibal, en les voyant, ravi de ce que tout lui réussissait à souhait, pensa à faire réussir le reste... (http://remacle.org/bloodwolf/historiens/polybe/huit.htm) Me apuesto a que, buscando entre los demás Libros, aparece alguno más, pero le dejo ese placer. Así que su intuición era buena, y ya puede quitar de las Conclusiones esa "ruidosa duda". Y un texto terminológico: "Les mots flûte ou sifflet constituent de bons exemples. Fonctionnant sur le même principe acoustique, ils appartiennent tous deux à la catégorie des aérophones de type «flûte». Le recours plus spontané aux termes d’usage amène souvent à appeler «sifflet» une flûte globulaire ou une flûte courte dépourvue de trou de jeu sans pour autant savoir si l’instrument est bien un sifflet : car «sifflet» n’est pas une catégorie instrumentale mais seulement le nom vernaculaire d’un aérophone de type flûte utilisé dans un cadre bien déterminé : la signalétique sonore. On oppose flûte à sifflet, dans notre propre culture occidentale, car l’usage de ces deux aérophones se différencie: le premier s’utilise dans un cadre musical (de nos jours et depuis plusieurs siècles), le second sert éventuellement à désigner le dispositif qui caractérise la flûte à bec, c’est-à-dire le principe du conduit d’air, mais surtout, désigne un petit instrument au son aigu utilisé pour signaler sa présence, donner un ordre, attirer l’attention... Si bien que le sifflet est bien une flûte!" (http://www.ethnomusicologie.net/eo1.htm)

  2. #2 Brandan 07 de feb. 2006

    Tengo una duda que estoy seguro de que me van a aclarar enseguida. En el comentario de la Doctora Canto sobre Polibio, en francés, se puede leer en las tres menciones el "coup de sifflet", como señal de aviso. Hay una página: www.marcusanniusverus.iespan.es/Libros/polibio/historia_universal_bajo_la_republica_romana:2.pdf en que la traducción de uno de los párrafos es como sigue: Ya que hubieron llegar al lugar señalado por Cambilo, Bolis hizo señal con un silbato, y al punto salieron los emboscados y se apoderaron de los otros cuatro. Bolis mismo agarró a Aqueo, que tenía las manos envueltas con el ropaje, receloso de que, conocido el engaño, no intentase darse muerte con una espada que traía encubierta. Habla de un silbato ¿Es un error de traducción? Un saludo y gracias anticipadas.

  3. Hay 2 comentarios.
    1

Si te registras como usuario, podrás añadir comentarios a este artículo.

Volver arriba